AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

;Partagez | 
 

 Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❈ MESSAGES :
66
❈ ARRIVEE :
04/11/2017
❈ AVATAR :
Peter Capaldi
❈ CREDITS :
Mari-Jane
❈ AGE :
60 ans
❈ ALLEGEANCE :
Envers Cour d'Argent (officiellement) & envers mes convictions (officieusement)
❈ LOCALISATION :
Là où sévit le crime pour le punir.
avatar
Mage de l'esprit
MessageSujet: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Dim 12 Nov - 0:25



Entre amis

« Avant mon départ, j'aimerais revoir votre visage une dernière fois. »
Mme de Millot est aussi méchante que la vieille conne de Maréchale de Combärg, mais je ne m’en étonne guère. Tous les enfants du Duc d’Anklein & de sa femme ont une éducation si désagréable qu’ils se croient supérieurs à nous autres. Notre éducation est élitiste, mais la fierté qui peut en découler est un fléau. D’ailleurs, je n’ai jamais autant rit qu’hier soir, dans le petit salon du Palais, quand la Duchesse d’Anklein, assise sur sa chaise, trébucha de celle-ci, & faillit tomber dans le feu. Quel dommage que sa robe n’ait pas pris feu, ça m’aurait fait la paix ! Je crains que la colère ne m’emporte & ne me fasse dire ce qu’il vaut mieux taire.

Ce matin, j’étais avec le Général de Beaufrat, le Colonel d’Orle, le Marquis de Raillonville & son neveu le Comte de Youssif, qui promenait son doigt sur une carte du pays, au sujet des diverses villes qui nous font encore un peu de résistance, en disant :
« Monsieur, il faudra prendre cette ville, puis celle-ci, & finalement cette dernière. »
Je l’écoutais longuement, pour finir par lui dire :
« On ne prend pas les villes avec le doigts, jeune homme. »
Et nous eûmes un éclat de rire général ; même M. de Youssif s’en amusa !

Vers midi, je rencontrais le petit Vicomte de Dyone, : il serait fort agréable s’il pouvait parler un peu plus, mais on peine à lui faire décrocher un mot car il garde volontiers un silence de cérémonie. Il ne semble aimer personne, & ne se préoccuper de rien. Si ce n’est, je le crois, de Mme de Sìthiche, notre Ambassadrice. Mais enfin, cela n’est point bien sérieux : elle approche de la trentaine, alors que lui-même n’en a pas encore dix. A propos de ma bonne amie, je l’ai rencontré cet après-midi, dans les jardin du Palais du Consulat ; nous nous étions convenus d'une retrouvaille avant mon départ pour Endor, où je vais mener une collaboration – j’espère que cela se passera convenablement – avec Elëna de Beaumont. J’étais arrivé le premier, & m’étais assis sur un banc, puis de la voir arriver après avoir humé l’air.

« Ah, Madame l’Ambassadrice, vous êtes là ! »
Je me levais pour lui baiser la main respectueusement.
« Souhaitez-vous marcher, ou alors nous pouvons nous asseoir ici, si le cœur vous en dit ? »

_________________

La Loi doit avertir avant de frapper.
 
©️ So-chan
Le #990000 va tellement bien au Comte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
224
❈ ARRIVEE :
16/12/2016
❈ AVATAR :
Alexandra Dowling
❈ CREDITS :
Zuz's & Ystananas
❈ AGE :
30 ans
❈ ALLEGEANCE :
Pour la liberté
avatar
Non-mage
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Sam 18 Nov - 18:09


Fiorya

ft. Guillaume
chapitre 1
Les jours ne sont plus les mêmes sans mon époux. Je ne sais plus quoi faire. Je suis une âme en peine, une âme en perdition. Dois-je arrêter ma charge d'ambassadrice ? Je ne peux pas. Je dois garantir la paix entre les différentes régions. Je pense à tout ceci durant le conseil du jour.
Après que nous ayons finis, je décide de retourner dans mes appartements. Je passe quelques minutes avec mes enfants. Je leur souris. Dois-je les abandonner pour aller à Endor ? Je réfléchis encore à cette question.
Je décide de sortir dehors, j'embrasse mes enfants. Je demande alors à la nourrice de s'occuper de mes enfants. Ils sont mes trésors, les enfants de mon regretté époux. Je dois les protéger. Si quelqu'un a tué mon époux, il pourrait s'attaquer à mes enfants ? Non ? Je ne sais pas.
Je sors de mes appartements.
Sur le chemin, je rencontre le jeune petit vicomte de Dyone. Il me sourit. Il me donne une fleur. Je lui remercie puis il me laisse. Je le vois courir. Je souris. Un léger sourire. Je garde cette fleur dans ma main.
Je continue mon chemin. Je vois Guillaume, le conseiller de justice. Je le regarde. On se connaît depuis quelques années. Il est comme un père pour moi. Il est assis sur un banc.

Guillaume - Ah, Madame l’Ambassadrice, vous êtes là ! Il se lève la main pour baiser ma main Souhaitez-vous marcher, ou alors nous pouvons nous asseoir ici, si le cœur vous en dit ?

Fioryia – Monsieur de Nassau ! Je suis contente de vous voir. Dis-je d'une voix douce . Nous pourrons commencer à marcher puis après nous pourrons nous s'asseoir sur un banc.

Nous commençons alors à faire quelques pas. Je regarde Guillaume. Je reste perdue dans mes pensées, puis, je décide de rompre la glace qui commence à s'installer entre nous.

Fioryia – Excusez moi Maître De Nassau. Depuis, la mort … De mon époux. Je suis perdue.

Nous arrêtons, je le regarde dans les yeux. Dois-je lui dire par rapport à Endor ? Avais-je envie de l'accompagner ? Je respire doucement.

Fioryia – Je … Je pense par rapport à votre futur voyage à Endor. Je me tais. Je passe ma langue sur mes lèvres. J'aimerais vous accompagner ...


fioryiaentre amis
(c) black.pineapple

_________________

❥ Fiorya R. Sìthiche
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
66
❈ ARRIVEE :
04/11/2017
❈ AVATAR :
Peter Capaldi
❈ CREDITS :
Mari-Jane
❈ AGE :
60 ans
❈ ALLEGEANCE :
Envers Cour d'Argent (officiellement) & envers mes convictions (officieusement)
❈ LOCALISATION :
Là où sévit le crime pour le punir.
avatar
Mage de l'esprit
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Sam 18 Nov - 21:20



Entre amis

« Avant mon départ, j'aimerais revoir votre visage une dernière fois. »
Je me permettais d’examiner sa toilette d’aujourd’hui, qui était fort agréable à regarder, & je suppose à porter, puisqu’elle n’avait pas l’air de l’alourdir. Ses cheveux blonds étaient allégrement dorés depuis leur naissance, mais son visage gracieux semblait afficher le Soucis.

« Monsieur de Nassau ! Je suis contente de vous voir.
»

Ah ! Ces mots si doux, prononcés par la voix d’un être céleste & surnaturel, qui se tient devant moi, pourtant. Une merveilleuse apparition venait de parler, de s’exclamer, de déclamer des mots si banals & pourtant si grandioses.

« Nous pourrons commencer à marcher puis après nous pourrons nous s'asseoir sur un banc. »

Un tel esprit pratique ne m’étonne guère : elle est d’une culture assez conséquente, ce qui est fort agréable. J’ai d’ailleurs souvenir que feu M. de Lesdixguerre était jaloux de voir un tel esprit lors des bals, & qu’il avait beaucoup de fierté quand il s’entretenait avec son père ; mais autrement, il n’y avait personne de plus poli ni civil que lui… Si ce n’est Mme de Sìthiche, peut-être. Je pensais à cela, tout en marchant à ses côtés ; nous étions tout les deux de ce même silence que je reproche au jeune Vicomte, ce qui me fait assez drôle, quand j’y pense.

Mais j’ai la qualité de parler quand cela est de circonstance, & de ne pas rester muet en tout temps, mais je n’y reviendrais pas. Mon amie me regarde de ses yeux agréablement rond & bleus, par moments, pour finir par me dire fébrilement :

« Excusez moi, Maître de Nassau. Depuis, la mort … De mon époux. Je suis perdue. »

« Ah, Madame, je devine votre peine »
me pris-je à murmurer, plus pour moi-même que pour la femme. Ainsi la mort de son époux la tourmentait toujours, & sans répit ? Je mentis : jamais ne sut ce qu’était la perte d’une personne que l’on aime, celle de notre âme-sœur, où d’une personne qui nous est proche intimement, de manière charnelle.
Nous nous étions arrêtés ; je lui soupçonnait une mauvaise nouvelle à m’annoncer. Voulait-elle déménager & abandonner sa charge pour commencer une nouvelle vie, loin d’ici ?
« Je … Je pense par rapport à votre futur voyage à Endor. »
commença-t-elle avant de finir par se taire ; c’était bien pour cela que je voulais la revoir, car elle me manquerait. Je l’encourageais à continuer : «
Parlez ! Parlez, mon enfant ! »


Mes efforts furent récompensés : «
J'aimerais vous accompagner… »
avoua-t-elle, d’une voix innocente. Un tel tracas de la part de quelqu’un, pour des futilités, ne peut venir que d’une femme, assurément ! J’eus l’envie de rire, mais je me contentais de sourire simplement, & de répondre de manière équivoque, qui reflétait un « oui », que je voulais cacher : «
Nous verrons… Je puis vous le refuser ; cela dit, nous aviserons de la situation ! »
Il était plus que probable qu’elle vienne avec moi ; puis nous repartîmes en marche. Je vis qu’elle avait une fleur en main, alors je m’amusais à la taquiner : «
Vous autorisez-vous des amants pendant le veuvage ? »
plaisantais-je en pointant le végétal parfumé.
« Je n’ai point fait de Loi contre cela, mais ce n’est pas une raison pour vous laissez tomber dans les bras de nouveaux amoureux. »

_________________

La Loi doit avertir avant de frapper.
 
©️ So-chan
Le #990000 va tellement bien au Comte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
224
❈ ARRIVEE :
16/12/2016
❈ AVATAR :
Alexandra Dowling
❈ CREDITS :
Zuz's & Ystananas
❈ AGE :
30 ans
❈ ALLEGEANCE :
Pour la liberté
avatar
Non-mage
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Dim 19 Nov - 10:44


Fiorya

ft. Guillaume

chapitre 2
Nous commençons à marcher avec le conseiller de justice. Au bout d'un moment, je décide alors de rompre la glace. Je finis par lui avouer que depuis la mort de mon bien-aimé, je suis perdue. En effet, je ne sais plus quoi faire. Mon esprit est toujours ailleurs. Il cherche à trouver le coupable et à se venger de la mort d'un innocent.
Dois-je devenir impure pour assouvir ma vengeance ? Je ne sais pas. Il faudrait d'ailleurs que j'apprenne à me battre. Je n'ai pas eu cette formation. Les seules compétences que j'ai apprise sont les langues, la culture et l'étiquette des cours.
Par la suite, on s'arrête. Je finis par dire que je souhaite l'accompagner après qu'il ait demandé de poursuivre.

Guillaume - Nous verrons… Je puis vous le refuser ; cela dit, nous aviserons de la situation !

En effet, si je l'accompagne, nous devons informer la princesse Elëna de Beaumont de mon arrivée. Je lui souris. Nous continuons notre marche.

Guillaume - Vous autorisez-vous des amants pendant le veuvage ? Il rajoute par la suite. Je n’ai point fait de Loi contre cela, mais ce n’est pas une raison pour vous laissez tomber dans les bras de nouveaux amoureux. 

Je le regarde dans les yeux. Puis, je pose mon regard sur la fleur. Ah la fleur … Celle que le petit vicomte m'a donné auparavant. Il est bien trop jeune pour devenir mon amant si j'en devais en prendre un. Je dois avouer que l'idée de retomber amoureuse après la mort de mon époux me semble impossible pour l'instant. Je n'envisage pas de l'être de nouveau. Peut-être un jour … Pour l'instant, les jours ne seront pas ensoleillés comme avant. Oui, mes jours maintenant sont pluvieux. Mon cœur pleure la mort de mon tendre âme sœur.

Fioryia – Oh non … C'est la fleur du petit vicomte de Dyone. Je l'avais complètement oublié. Je passe ma langue sur mes lèvres pour humidifier ces dernières. Et puis, cher maître Nassau, si je devais prendre un amant, je vous demanderais votre avis. Je le regarde dans les yeux. Vous êtes comme un père pour moi.

Que dire de plus ? Je ne sais pas. Nous continuons de marcher. Puis, nous voyons divers nobles converser ensemble. On peut voir le Marquis d'Arche, la Comtesse de Bellador et le duc d'Ambrola.  Ces trois personnages sont très proches.
J'ai entendue que la Comtesse de Bellador avait eu une relation extraconjugale avec le Marquis d'Arche. Est-ce une rumeur ou une réalité ? Je regarde Guillaume.
Mon regard se tourne vers une fleur. Une rose. Je m'approche de cette dernière. Je la sens. Puis, je me tourne vers Guillaume.

Fioryia – Mon cher ami, puis-je vous demander un service ?

Qu'allais-je lui demander ? De m'aider pour retrouver le meurtrier de mon époux. C'est simple. Je respire doucement. Je cueille la rose en faisant attention à ne pas me blesser puis je repose mon regard vers Guillaume.
Par la suite, avant qu'il réponde, des membres de la cour se rapproche de nous. Oh non … On ne pourra pas parler aisément.
Que veulent-ils ? Parler. Je respire, je regarde Guillaume.




fioryiaentre amis
(c) black.pineapple

_________________

❥ Fiorya R. Sìthiche
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
66
❈ ARRIVEE :
04/11/2017
❈ AVATAR :
Peter Capaldi
❈ CREDITS :
Mari-Jane
❈ AGE :
60 ans
❈ ALLEGEANCE :
Envers Cour d'Argent (officiellement) & envers mes convictions (officieusement)
❈ LOCALISATION :
Là où sévit le crime pour le punir.
avatar
Mage de l'esprit
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Dim 19 Nov - 20:26



Entre amis

« Avant mon départ, j'aimerais revoir votre visage une dernière fois. »

Ma petite plaisanterie n’avait pas l’air de faire son effet, car elle semblait la prendre au sérieux.
«
Oh non … C'est la fleur du petit vicomte de Dyone. Je l'avais complètement oublié.
»

Je ne fus, encore une fois, pas surpris, par un tel présent de la part de ce jeune homme, qui commence à marcher sur mes plates-bandes ! Faudra-t-il l’éliminer comme je l’ai fais avec son mari ?! Calmons-nous, il ne faudrait pas nous énerver pour ce genre de choses… Ce n’est pas comme si cette ordure de M. de Sὶtiche avait ravi le cœur de la tendre demoiselle pour qui j’ai beaucoup d’affection, alors il a bien fallu l’assassiner, & mon espionne, en bonne empoisonneuse, a toujours sut faire des merveilles ! Elle sembla retomber dans sa rêverie, & l’Ambassadrice resta pensive.

« 
Et puis, cher maître Nassau, si je devais prendre un amant, je vous demanderais votre avis. Vous êtes comme un père pour moi.
 »
Que dire de plus ? Cela est une marque d’amour que seul une femme peut dire avec ces yeux, & un ton si délicat. Tout en marchant, je restait troublé, mais finissait par dire : « 
Vous savez, Madame… Je ne pense pas que vous ayez besoin pour prendre un amant. Vous conseillez sur qui pourrait vous faire le plus de bien, oui ; mais pour ce qui est de votre vie amoureuse, elle ne me regarde que très peu ; je vous respecte trop pour me mêler de vos affaire privées. 
» dis-je avant de reprendre plus bas : « 
Mais voyez qui discute ! N’est-ce pas la Comtesse de Bellador, dont le mari est un simple ? Au moins, elle peut coucher avec qui elle souhaite, la gourgandine, sans que cela ne l’affecte dans son mariage. Pauvre homme ; & pauvre Marquise d’Arche, qui pleure d’être une épouse délaissée & mère bafouée. On chuchote qu’elle est souvent dans son petit boudoir, avec ses amies, & qu’elle mange beaucoup de chocolat, mais que le chagrin l’empêche de prendre du poids. Tant mieux pour elle, j’ai envie de dire… 
»

Et oui, c’est bien ce qui nous entoure, ici, à la cour : intrigues & potins. J’avais plusieurs fois été informé du chagrin de la Marquise, par mes connaissances. Nous sommes mêmes intervenus, une fois, où elle tentait de se suicider avec des poudres magiques ; heureusement je fis tout saisir pendant qu’une de ses amies l’a réanimait & la consolait, & nous l’envoyâmes ensuite en cure, loin des tumultes. Puis de faire payer une amende au riche Marquis pour ses quelques adultères, & responsable du profond chagrin de sa femme. Et Fiorya de me ramener à la réalité, une rose à la main, vermeille comme sa bouche qui disait peu avant :

« 
Mon cher ami, puis-je vous demander un service ?
 »

Je souhaitais répondre à l’affirmative, quand des gens divers arrivèrent à nous. « 
Monsieur le Comte de Raillonville, Monsieur le Maréchal & Madame la Maréchale de Combärg ! Quel gracieuse joie de vous revoir !
 » Se faisant à tous des courbettes, la Combärg entama la conversation en s’adressant à l’Ambassadrice, avec un ton désagréable : «
 Ca alors, Madame l’Ambassadrice, voilà une rose bien à votre image, mais son éclat va vite faner maintenant…
 »
Je riait jaune, comme un peu tout le monde, mais j’avais plus l’envie de lui casser la gueule à cette femme au strabisme formidable ! «
 Et vous, Monsieur de Nassau-Casseul, comment voyez-vous l’avenir de vos affaire à Endor ?
 »  & de lui répondre avec un ton agréable, mais aux paroles sévères : «
 Mieux que vous ne voyez le monde avec votre regard.
 »
Elle exprima un petit : « 
Oh ! 
» de surprise, avant que je ne reprenne : «
 Maintenant, nous devons partir, des affaires nous pressent avec Mme. de Sìthiche.
 » Puis je passais mon bras sous le sien pour nous éclipser ; quand nous fûmes plus loin, je lui chuchotais : « 
Reprenons ! Que vouliez-vous ?
 »

_________________

La Loi doit avertir avant de frapper.
 
©️ So-chan
Le #990000 va tellement bien au Comte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
224
❈ ARRIVEE :
16/12/2016
❈ AVATAR :
Alexandra Dowling
❈ CREDITS :
Zuz's & Ystananas
❈ AGE :
30 ans
❈ ALLEGEANCE :
Pour la liberté
avatar
Non-mage
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Lun 20 Nov - 17:35


Fiorya

ft. Guillaume

chapitre 3
Le mentor me parle des amants. Au début, je ne comprenais pas de quoi il parlait puis je me suis souvenue qu'il devait parler de la fleur. Je lui réponds que cette dernière m'a été donné par le vicomte. Je rajoute également que si je devais prendre un amant, je lui demanderais un conseil.
Pour moi, il est un second père.

Guillaume - Vous savez, Madame… Je ne pense pas que vous ayez besoin pour prendre un amant. Vous conseillez sur qui pourrait vous faire le plus de bien, oui ; mais pour ce qui est de votre vie amoureuse, elle ne me regarde que très peu ; je vous respecte trop pour me mêler de vos affaire privées. Puis, tout bas. Mais voyez qui discute ! N’est-ce pas la Comtesse de Bellador, dont le mari est un simple ? Au moins, elle peut coucher avec qui elle souhaite, la gourgandine, sans que cela ne l’affecte dans son mariage. Pauvre homme ; & pauvre Marquise d’Arche, qui pleure d’être une épouse délaissée & mère bafouée. On chuchote qu’elle est souvent dans son petit boudoir, avec ses amies, & qu’elle mange beaucoup de chocolat, mais que le chagrin l’empêche de prendre du poids. Tant mieux pour elle, j’ai envie de dire…

Fioryia – Il est vrai que je suis grande pour prendre des décisions. Mais, je ne me laisserais pas mon cœur s'envoler pour n'importe qui. Pas maintenant. Je murmure doucement à ce dernier. Le mariage doit être un serment qu'on doit respecter. Et, s'il n'a pas d'amour dans ce serment, peut-être peuvent-ils renoncer à ce dernier. Pensez-vous que deux êtres qui ne s'aiment pas puissent demander à ne plus être lier par un serment ? Je me tais. Mais, j'imagine que s'ils ont des enfants … L'affaire sera épineuse. Puis, je le regarde. Excusez-moi.

Par la suite, je demande alors à Guillaume de me rendre un service. Or, des personnes viennent à notre encontre.

Guillaume - Monsieur le Comte de Raillonville, Monsieur le Maréchal & Madame la Maréchale de Combärg ! Quel gracieuse joie de vous revoir

Nous faisons des révérences. Je regarde ces trois individus. Je ne pouvais pas les supporter. Ils sont comment dire ? Non, je ne saurais l'expliquer.

Madame de Combärg -  Ca alors, Madame l’Ambassadrice, voilà une rose bien à votre image, mais son éclat va vite faner maintenant

Comment ose-t-elle ? Elle ne s'est pas vue. Parfois les gens devraient se taire plutôt qu'aboyer. Je respire doucement et je garde contenance devant cette misérable femme. Je ne préfère pas lui parler. Je préfère me taire plutôt que répondre à cette femme insipide.

Madame de Combärg - Et vous, Monsieur de Nassau-Casseul, comment voyez-vous l’avenir de vos affaire à Endor.

Guillaume - Mieux que vous ne voyez le monde avec votre regard.


Par la suite, nous repartons dans un lieu tranquille. Faites que nous puisons converser sans que des individus nous dérangent.

Guillaume -Reprenons ! Que vouliez-vous ? Dit-il en me chuchotant.

Fiorya – Je souhaite que vous m'aidez à retrouver l'assassin de mon époux ainsi que son commanditaire. Quand vous l'aurez trouver, j'aimerais selon nos lois appliquée la sentence adéquate à son crime.

En effet, nous avons des codes ici. Nous écoutons les criminels se défendre et s'ils sont coupables, ils sont punis. La peine peut aller des travaux forcés à la peine de mort. De plus, selon la position sociale, les peines sont allégées.
Souhaite-je la mort du criminel responsable de mon époux ? Oui. Je souhaite qu'il soit décapité. Après, j'aurais obtenue ma vengeance, je serais tranquille.
Je laisse quelques minutes s'écouler puis je le regarde. Je ne sais quoi dire de plus.

Fioryia – Désirez-vous parler des affaires de notre contrée ou d'autres choses ?

Je lui donne un choix à faire. Lequel va-t-il choisir ? Je l'ignore.





fioryiaentre amis
(c) black.pineapple

_________________

❥ Fiorya R. Sìthiche
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
66
❈ ARRIVEE :
04/11/2017
❈ AVATAR :
Peter Capaldi
❈ CREDITS :
Mari-Jane
❈ AGE :
60 ans
❈ ALLEGEANCE :
Envers Cour d'Argent (officiellement) & envers mes convictions (officieusement)
❈ LOCALISATION :
Là où sévit le crime pour le punir.
avatar
Mage de l'esprit
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Mar 21 Nov - 15:06



Entre amis

« Avant mon départ, j'aimerais revoir votre visage une dernière fois. »
« 
Je souhaite que vous m'aidez à retrouver l'assassin de mon époux ainsi que son commanditaire. Quand vous l'aurez trouver, j'aimerais selon nos lois appliquée la sentence adéquate à son crime.
 »

J'étais… Bouleversé. Je… Je… Ma pensée était brouillée. Je ne savais que répondre. Enfin, si… ! Je savais qu'il me fallait accepter sa demande, sinon elle ne comprendrait pas pourquoi je la laisserai seule, dans son tourment. Le Lois étaient les Lois ; j'étais le Garde des Sceaux de la Justice de Cour d'Argent : il est de mon devoir de faire ce que dis la Loi, bien que ma « tare » m'empêche de suivre tout à fais les Lois que j'ai édité, il y a trente années, dans la fougue de ma jeunesse. Ca me rappelle, maintenant, ce Poète urien, qui disait :

Ah ! Tonnerre, c'est une belle surprise :
Moi, pauvre homme, me voilà faible & vieux.
Hier, à ma mie, je fais une bise ;
Aujourd'hui, sa rose peau est bleue.
J'avais le vit puissant, les jambes fortes,
L’œil vif, clair ; j'avais le buste dur,
Dur comme une armure, & l'esprit pur.
Toutes les villes m'ouvraient leurs grand'portes !
Maintenant, même quand je vois Fernande,
C'est bien peine perdue, pour que je bande…
Je n'ai vu le Temps passer chez moi.
Tout est différent, mais je n'ai rien
Vu ; car chaque année, les champs sont pleins ,
& je sors rarement de chez moi.

Sans revenir sur mes capacités sexuels ni mon ostracisme volontaire de certaines affaires de ce monde, les temps ont changés ; je m'y attendais, pas de si tôt, cela dit…
« 
Madame, soyez assurez que je ferais selon nos Lois, car je suis la Justice. Les meurtriers n'ont pas à être traités selon leur naissance : un meurtre est un meurtre, point à la ligne. Je vous le jure, Madame, que votre mari sera vengé de son meurtrier, ou de sa meurtrière. Comprenez que si vous souhaitez la mort du criminel ou de la criminelle qui a homicidé votre époux, il faudra aller tout en nuance, entre la personne qui a commis le geste, & celle qui l'a ordonné !
Pour ce qui est du commanditaire, étant donné que cette personne n'a pas accompli le geste mais a donné l'ordre, elle n'ira pas à l'échafaud, peine des assasin ; je lui collerais bien des travaux forcés pendant quelques années si elle est jeune, & une assignation à résidence, si elle est trop vieille. Seulement, une Loi que je n'ai pas abrogée, car cela provoquerait une guerre civile & nous serait fatal, est celle qu'un ou une noble ne puis être poursuivi.e pour un meurtre, sauf si on lui découvre une magie quelconque. J'aurais souhaité la changer… 
» Merci à mes prédécesseurs de n'avoir rien fait, & celui qui fut le premier de l'avoir mise en place ait toute ma bénédiction dans l'Après ! « 
Mais cette personne noble se verra toutes ses terres confisqués, & elle ne vivra que dans sa demeure, & sera condamnée à y mourir. J'ai souhaité le faire, quand vous n'étiez qu'une jouvencelle, & que je vous voyais gambader & rire à pleine dent ; mon ami, votre père, m'avait dit que vous feriez une femme heureuse, & il m'a fait promettre de veiller à ce bonheur. » Je tourne ma tête vers elle. « Vous n'avez pas tort quand je vous entends dire que je suis comme un père, pour vous : j'agis selon sa demande, & je m'exécute par loyauté. 
»

Puis nous marchâmes en silence, toujours bras-dessus-bras-dessous, avant qu'elle ne me demande : « 
Désirez-vous parler des affaires de notre contrée ou d'autres choses ? 
» J'allais pouvoir souffler un peu. « 
J'aurais aimé savoir comment vont vos enfants. Cela fait une petite semaine que je ne suis plus venu voir… Ah, mortemar ! Je viens d'oublier leurs noms…Quels sont-ils déjà ? 
» fis-je gêné.

_________________

La Loi doit avertir avant de frapper.
 
©️ So-chan
Le #990000 va tellement bien au Comte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
224
❈ ARRIVEE :
16/12/2016
❈ AVATAR :
Alexandra Dowling
❈ CREDITS :
Zuz's & Ystananas
❈ AGE :
30 ans
❈ ALLEGEANCE :
Pour la liberté
avatar
Non-mage
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Mer 13 Déc - 13:58


Fiorya

ft. Guillaume

chapitre 4

Je demande à mon ami de m'aider à trouver l'assassin de mon époux. Il doit le trouver. Et, qu'est-ce que je ferais quand il sera retrouvé ? Il devra être jugé. Tout criminel doit être jugé.

Guillaume - Madame, soyez assurez que je ferais selon nos Lois, car je suis la Justice. Les meurtriers n'ont pas à être traités selon leur naissance : un meurtre est un meurtre, point à la ligne. Je vous le jure, Madame, que votre mari sera vengé de son meurtrier, ou de sa meurtrière. Comprenez que si vous souhaitez la mort du criminel ou de la criminelle qui a homicidé votre époux, il faudra aller tout en nuance, entre la personne qui a commis le geste, & celle qui l'a ordonné !
Pour ce qui est du commanditaire, étant donné que cette personne n'a pas accompli le geste mais a donné l'ordre, elle n'ira pas à l'échafaud, peine des assasin ; je lui collerais bien des travaux forcés pendant quelques années si elle est jeune, & une assignation à résidence, si elle est trop vieille. Seulement, une Loi que je n'ai pas abrogée, car cela provoquerait une guerre civile & nous serait fatal, est celle qu'un ou une noble ne puis être poursuivi.e pour un meurtre, sauf si on lui découvre une magie quelconque. J'aurais souhaité la changer… 

Je l'écoute sans rien dire. Oui, il a raison. Celui qui a tué et celui qui a ordonné le meurtre doivent avoir des peines différentes. Je ne lui réponds pas, je me contente de lui sourire. Je le regarde dans les yeux avec une certaine douceur.

Guillaume - Mais cette personne noble se verra toutes ses terres confisqués, & elle ne vivra que dans sa demeure, & sera condamnée à y mourir. J'ai souhaité le faire, quand vous n'étiez qu'une jouvencelle, & que je vous voyais gambader & rire à pleine dent ; mon ami, votre père, m'avait dit que vous feriez une femme heureuse, & il m'a fait promettre de veiller à ce bonheur.  Il se tourne vers moi.  Vous n'avez pas tort quand je vous entends dire que je suis comme un père, pour vous : j'agis selon sa demande, & je m'exécute par loyauté. 

Fioryia - Vous avez raison mon ami. Je suis heureuse de vous avoir comme second père. Lui dis-je avec un sourire.

Ensuite, nous reprenons notre marche. Je lui demande s'il désire parler d'autre chose. Après tout, pourquoi toujours parler de politique ? Nous pouvons changer de conversation.

Guillaume - J'aurais aimé savoir comment vont vos enfants. Cela fait une petite semaine que je ne suis plus venu voir… Ah, mortemar ! Je viens d'oublier leurs noms…Quels sont-ils déjà ? 

Fioryia – Mon fils se nomme Aiden et ma fille Caoihme. Je lui souris. Est-ce que vous faites quelque chose ce soir ? Ma demande peut sembler … Comment dire ? Je me tais quelques instants. Est-ce que vous voulez venir manger ? J'aimerais tant que nous mangeons ensemble mais j'ai bien peur que des mauvaises langues jasent s'ils nous voient ce soir.

Une demande, une demande pas simple. Je le regarde dans les yeux. Je lui souris.



fioryiaentre amis
(c) black.pineapple

_________________

❥ Fiorya R. Sìthiche
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
66
❈ ARRIVEE :
04/11/2017
❈ AVATAR :
Peter Capaldi
❈ CREDITS :
Mari-Jane
❈ AGE :
60 ans
❈ ALLEGEANCE :
Envers Cour d'Argent (officiellement) & envers mes convictions (officieusement)
❈ LOCALISATION :
Là où sévit le crime pour le punir.
avatar
Mage de l'esprit
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   Mar 19 Déc - 9:39



Entre amis

« Avant mon départ, j'aimerais revoir votre visage une dernière fois. »
Mes ennemi.e.s pensent que je suis devenu assez vieux pour tenter plusieurs stratagèmes, & faire de moi leur toutou. C'est dire que, pas plus tard qu'avant-hier, la fille des La Tour-Duarch & moi discutions tranquillement, bien qu'elle fasse parti de mes inimitiés. Je me méfiais de ce rapprochement si soudain, elle devait avoir quelque chose derrière la tête... Et alors que je venais ​​
me reposer au buffet puisque je terminais une danse, elle me parlait de tout & de rien, alors je me laissais emporter dans le blabla avec une certaine froideur, malgré tout.
Je n'eut pas tort : elle commença à me faire des avances sous-entendues, très subtiles ! Je me sauvais en la personne de Saimdy de Lua à qui j'expliquais que mon "amie" voulait danser & qu'elle était en manque de cavalier, mais je ne pouvais la satisfaire car j'étais fatigué. De bonne humeur, le Baron de Lua accepta sans cérémonies, & ils partirent danser ; elle, assez en colère, feignit d'être d'accord, & je regardais ce couple avec l'oeil pétillant de malice.
Bref ! Tout cela pour dire que si l'on apprends que je n'arrive point à me souvenir des enfants de ma meilleure amie, & fille de coeur, je serai la risée de mes ennemis à Cour d'Argent ! Ou pas, justement : ils se diraient que la porte est grande ouverte pour que le vieux sénile deviennent manipulable ; heureusement que Madame de Sitiche est là, avec sa douceur habituelle :
"Mon fils se nomme Aiden et ma fille Caoihme. Est-ce que vous faites quelque chose ce soir ? Ma demande peut sembler … Comment dire ?"
Je me moque de moi même en pensant qu'elle souhaite, avec gêne, m'épouser, & qu'elle a peur de mon refus.
"Est-ce que vous voulez venir manger ? J'aimerais tant que nous mangeons ensemble mais j'ai bien peur que des mauvaises langues jasent s'ils nous voient ce soir."
Raté ; mais je m'y attendais, & c'était pour rire.
"Mais bien entendu, je serais heureux de souper avec vous. J'aimerais quecela se fasse après neuf heure, en revanche : nous avons une réunion avec des chefs d'armées car deux écoles de magies ont étés démantelées récemment. J'admets ne pas tellement savoir ce que je dois faire avec eux : depuis quelques années, je me pose la question de changer un peu la politique argentoise sur les mages, mais je crains une fronde du parti Conservateur, & une destitution ; car d'après les premiers éléments de l'enquête, les écoles de Poudlard & Beauxbâtons n'avaient pas l'air d'alimenter une haine envers les non-mages, malgré quelques cas isolés." Comme nous arrivions à un bassin, je me posais sur le banc, puis la regardait, soucieux. "Cruel dilemme... Que pensez-vous que je doive faire, vous qui avez l'esprit plus clair que le mien ?"

_________________

La Loi doit avertir avant de frapper.
 
©️ So-chan
Le #990000 va tellement bien au Comte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre amis ac. Fiorya - début Novembre 28

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Sortie entre amis
» Sortie entre amis (suite)
» Petit pari entre amis
» Une sortie entre amis...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-